byAnhor

Eagle à poches (Tuto inside)

Les week-end passent et se ressemblent presque. Il y a quinze jours, je passais mon week-end à confectionner ma veste Eagle de Vanessa Pouzet, pour un résultat finalement mitigé. Entre temps, j'ai malgré tout porté ma veste, et je m'y suis presque faite, je l'ai presque adoptée, avec quand même dans un petit coin de ma tête l'idée de retenter l'expérience dans un lainage plus fin, en réduisant peut-être l'ampleur du dos, mais surtout en visant cette fois la version longue de cette veste proposée en deux longueurs, en espérant que cette dernière convienne davantage à ma morphologie.

Et puis, il y a quand même un truc qui à l'usage me turlupinait : les poches !! Voilà ce qui selon moi manquait cruellement à la praticité de cette veste, pour y glisser mon smartphone, mes clés de voiture, et mon badge du boulot. Mais alors, comment concilier des poches avec ce montage si particulier qui m'en a mis plein les yeux ?! Je me suis fait pas mal de noeuds au cerveau pour décortiquer ce sandwich d'épaisseurs et trouver LA solution !

Ce week-end, j'ai finalement franchi le pas, encouragée par les commentaires de Ax. Du lainage gris, de la batiste banane étoiles argents, le tout France Duval Stalla, et c'était parti !! Avec il faut bien l'avouer, encore une idée fort approximative du comment régler ce problème de poches... Mais je me suis quand même lancé bille en tête, me disant qu'il serait alors temps de réfléchir au moment critique.

J'ai d'abord troqué l'empiècement en cuir contre un empiècement ton sur ton en lainage, juste bordé d'un passepoil assorti à la future doublure. Pour le reste, j'ai suivi scrupuleusement le patron, jusqu'au moment fatidique des poches. J'ai donc découpé quatre formes approximatives de poches arrondies avec un surplus de 1 cm d'une largeur de main (ce serait dommage de se rendre compte après coup que notre main ne rentre pas dans la poche ;-)

Source: Externe

Maintenant, il va falloir, avoir avoir repéré l'emplacement idéal, coudre une pièce bord à bord endroit contre endroit avec le dos extérieur (lainage) et faire de même avec l'autre pièce, toujours endroit contre endroit avec le devant (celui avec l'empiècement en cuir, ou le passepoil dans ma version) 

Source: Externe

Quand on passe la fameuse étape magique (ou moment technique à l'étape 4 du patron), on se retrouve donc avec contre la table, le dos (lainage avec la poche), avec au dessus le devant (lainage avec empiècement cuir et sa poche), puis au dessus l'autre devant (lainage avec empiècement lainage sans la poche) et enfin devant nous la doublure dos. Mais là impossible de coudre d'un trait ces quatre épaisseurs au risque de condamner l'ouverture de la poche. Voici donc comment procéder : il faut coudre les quatre épaisseurs depuis le bas de la veste jusqu'à la poche, en s'arrêtant à la croix rouge

Source: Externe

Puis en ne prenant que les deux épaisseurs munies de poches, coudre les fonds de poches, et en ne prenant que les deux autres épaisseurs coudre le prolongement de la ligne bleue précédente sur une longueur équivalente à la fente de la poche. On peut alors terminer en reprenant les quatre épaisseurs ensemble et coudre jusqu'au repère du patron sous l'emmanchure.

Et là surment que comme moi, vous ne voyez pas le problème qui se profile... Ou bien je suis la seule quiche ? Toujours est-il qu'à ce moment là encore j'étais pas peu fière de moi... Jusqu'au moment du retournement et de l'essayage... Hum, hum... Je passe alors les mains dans les poches pour contempler le résultat et là c'est le drame !! Les poches sont à l'envers, elles partent vers l'arrière, idéales pour avoir la main aux fesses... Et bien oui, en y réfléchissant un peu, vu les opérations réalisées plus haut, les pièces, se retrouvent donc coincées entre le dos et sa doublure. 

Mais là en trifouillant un peu les mains dans mes poches, ô miracle ! Je réalise qu'il est possible de sortir les poches puis de les rentrer en veillant à bien les faire passer par l'autre trou. Nul doute que cette opération peut être réalisée avant le retournement, sur l'envers, et permettra peut-être de réaliser une encoche ou deux pour un meilleur placement.

Reste plus à l'heure où j'écris ces lignes qu'à shooter la bête... Ca sera ce soir, sous une lumière crépusculaire...

 

 

 

 

 

 


Une petite gourmandise

Ces temps-ci, je ne jure plus que par Saint-Pierre et ses fameux coupons ! Avec ma déferlante de Martini, cette longueur de 3 mètres est idéale pour ne pas se faire des noeuds au cerveau. Et il me reste alors de quoi confectionner un petit quelque chose pour les filles. Et ne parlons même pas du prix plus qu'attractif ! Dans les « chutes » (peut-on encore parler de chutes à ce niveau là ?) de mon Eagle, j'ai donc pu réaliser une « gourmande » de chez Her Little World. Il m'a fallu alors piocher dans mes moultes tissus pour y dénicher LE tissu qui se marierait à ce lainage noir pour y apporter un côté romantique. Et c'est ce joli tissu à coquelicot (d'une provenance qui forcément m'échappent depuis le temps) qui fut l'élu. Pour le troisième tissu, là encore le satin de coton uni rouge orangé de mon Eagle tombait sous le sens.

Et voici donc le résultat, un peu emmêlé par rapport au dispatchage des tissus #1, #2 et #3 du patron original, mais ce n'est pas bien grave ! En 6 ans pour ma romantique Romane, qui chez le dentiste a produit son petit effet sitôt sa Gourmande endossée.

Source: Externe

 

 

Eagle inégal...

Ce week-end en solo, et la froidure aidant, j'ai fait mon oursonne, sans mettre la truffe dehors, me consacrant exclusivement à la couture, et un peu à réveiller mon blog qui hibernait. Samedi, après avoir mis la dernière touche à mon nième robe Martini, j'ai donc voulu me lancer dans un tout nouveau projet : la veste Eagle de Vanessa Pouzet, rien que ça ! Il faut dire que les modèles présentés ont un sacré cachet, et la promesse de finitions haut de gamme m'a alléchée. Impression, schotchage, découpage... Et hop au dodo.

Dimanche j'étais donc fin prête ! Et mon coupon de 3 mètres de velours de laine aussi. Restait à définir la tonalité pour la doublure. J'ai finalement joué la carte de la sécurité afin de ne pas risquer la panne de métrage pour ce gourmand patron. Et j'ai une nouvelle fois pioché dans mon carton des coupons de Saint Pierre en 3 mètres pour y dénicher un satin de coton uni rouge orangé.

J'ai adoré réaliser cette veste ! J'ai été ravie de découvrir cette technique nouvelle qui permet d'accrocher la doublure à la veste par les couture de côtés, j'ai eu la sensation de faire un bond en avant dans ma technicité, ça a été une telle révélation ! Peut-être aussi grande que le jour où je découvrais le montage par l'envers des poignets du manteau Céphée de Graine de couture !

Après le résultat... Alors là... Euh comment dire... Plusieurs solutions possibles au choix... 

(1) Le choix de ce lainage n'était peut-être pas judicieux, pas un assez joli tombé ? Pas assez fluide ?
(2) Il faut que je me fasse à l'oversize
(3) Cette coupe n'est vraiment pas flatteuse pour ma morphologie ? Peut-être la version longue aurait-elle été plus seillante ? Mais entre le dos qui bouffe, et les devants qui ont tendance à prendre la tengente dans la continuer de ma ligne de (forte) poitrine... Ben j'ai l'air d'un sac, non ? Je vous laisse juger... Et peut-être me conseiller stopper dans mon irrémédiable envie de la retenter en version longue dans un autre tissu et en modifiant légèrement le dos...
(4) Un peu de tout ça ? Bref, je trouve mon Eagle magnifique sur un cintre.

eagle1

J'adore cette doublure rouge orangé qui tranche franchement sur ce lainage noir.

eagle2

Mais comment dire, il y a un je ne sais quoi qui ne me plait pas, comme je l'expliquais plus haut. Remarquez que j'achève la rédaction de ce billet près d'une semaine après l'avoir démarré. Et malgré tout, je l'ai étrenné toute la semaine au travail. Allez comprendre !

eagle3

 

Un blog en sommeil ?

La faute à qui ? A moi beaucoup, à l'immédiateté de facebook, où je poste plus régulièrement mes photos. Il faut dire que mon appareil photo n'arrive plus à lire ma carte SD, il va falloir que je songe enfin à en acheter une nouvelle. La qualité des clichés n'en sera que meilleure, et l'envie d'alimenter mon blog accrue. Mon blog végète donc, mais mon atelier lui tourne à plein. Je n'aime pas les billets fourre-tout, mais là un petit résumé s'impose, non ? Alors dans l'ordre ou le désordre...

 

Une petit Lotta Dress de Compagnie M pour Romane (taille 6 ans, raccourcie deci delà en 4 ans) 

Source: Externe

Une jupe PHILADELPHIE de C'est Dimanche, toujours pour Romane.

Source: Externe

Avec le point Love de ma JANOME Memory Craft 8900 QCP

Source: Externe

Une veste AGATHA (Papillon&Mandarine) de petit Chaperon Rouge

Source: Externe

Source: Externe

Avec la broderie Urban Threads qui va bien

Source: Externe

Une Musicale (Her little world) qui pour la petite histoire se voit depuis cette photo affublée d'un coeur en flex noir 
au niveau de la poitrine, pour masquer une vilaine tache.

Source: Externe

Source: Externe

Un manteau Irréssitible (Her little world) : Lorène après avoir joué les mannequins pour sa cousine a maintenant son irrésistible bien à elle.

Source: Externe

Source: Externe

Source: Externe

Un veste Sydney (C'est Dimanche) pour le fils d'une amie.

11

 Pour la première fois j'ai utilisé l'alphabet de ma machine pour étiquetter le manteau dans la doublure.

12

Le cache misère qui en jette. J'ai voulu faire deux poches passepoilées, mais je me suis rendue compte que j'avais réalisé
une des deux fentes dans la manche au lieu du pan de devant. J'ai daonc caché mon erreur sous une broderie maison
réalisée sous Embird pour la circonstance.

13

 

Une jupe Caltha (couture pour femmes) en jean et Liberty Arrow moutarde

14

15

Pour pour finir, une 4ème version de la robe Martini de la Maison Victor

16

17

Comme , j'ai décoré le dos dumotif Dark Heart de Urban Thread, mais cette fois en glissant sous le cutwork 
du Liberty Arrow moutarde.

18

Trousseau de princesse...

Il y a un peu plus d'une semaine, mon frère ouvrait le bal des cadeaux pour ma nièce. « des legos (friends), déguisements, puzzles. Vous pouvez donc prendre ce que vous souhaitez. Dites le nous pour ne pas faire de doublon. »

Hop, hop, hop, hop, hop, déguisement moi je prends ! Mais « déguisement de quoi ? » demandais-je par acquis de conscience, mon petit doigt supputant la princesse à un kilomètre... Bingo ! Et là mon sang n'a fait qu'un tour, déguisement/princesse, princesse/couronne, couronne/Chou d'Iris !!! 

J'allais enfin pouvoir voir de mes yeux vu les petites merveilles que je rêverais de savoir confectionner si je me mettais enfin au crochet, les couronnes de princesses !! Si mes filles étaient un tantinet branchées princesses, je m'y serais peut-être mise. J'ai donc commandé les yeux fermés, cinq minutes après avoir reçu la confirmation de la thématique, une couronne groseille comme celle-ci. Elle est accompagné d'un serre-tête en liberty qui devait être le point de départ de mon déguisement.

autres-couronne-groseille-je-suis-une-pri-6850443-dscf4375-borderaker-2fd26_570x0

Devait être ? Et oui, devait, car au final rien ne s'est passé comme prévu. Je n'ai pas trouvé en boutique le Capel rouge que je convoitais. J'ai donc acheté du tulle, et du lycra, dont je ne savais plus quoi faire une fois rentrée à la maison. J'ai ensuite procrastiné jusqu'à samedi, d'où grosse pression... Enfin bon, j'avais quand même l'Irrésistible sous le coude quand même.

Et voici donc ce que j'ai réussi à sortir, tant bien que mal, à l'heure même où Adelino, Anne, Carmen, Isabelle, Laurence et Séverine s'echinaient eux aussi à confectionner des déguisements taille 4 ans.

Un flocage princesse sur un tshirt uni du commerce : floc rose pale et flex argenté

10378190_10204821204598922_618450257039769625_n

Un flex couronne doré sur un tshirt uni, agrémenter d'un tutu en tulle

148788_10204837754372656_7945737554890368165_n



Un patron auquel il est difficile de résister...

Non, non, ce titre n'est pas annonciateur d'un billet à propos de la promotion canapé (ha ! ha ! ha !), mais bien du manteau de cet hiver 2014 chez « Her little World », à savoir l' « Irrésistible » ! Et oui comment y résister ! Il existe aussi en version Teen, mais je n'en suis pas encore là... et je dois avouer que c'est surtout le choix des tissus dans sa version petite fille qui m'a fait succomber ! J'ai donc commandé de la fausse fourrure chez « Ma petite mercerie », du liberty Fitzgerald gris chez « Mamzelle fourmi » et du velours soyeux façon milleraies gris sombre chez « T&N Fabrics » en prévision.

Le week-end prochain nous allons fêter les 4 ans de ma nièce, et j'ai alors pensé à ce patron, mais comme le velours n'est pas encore disponible, j'ai couru chez Mondial Tissus pour y acheter un lainage gris de substitution, ainsi que du ruban argenté pour confectionner mon passepoil.

Et zou, un week-end de travail (avec des pauses hein, je vous rassure), une pièce envahie de peluches de cette fausse fourrure bien difficile à travailler de par sa souplesse. Je me demande s'il n'aurait pas été judicieux de thermocoller toutes les pièces ! Bon l'avantage c'est aussi que ce genre de couture ne souffre pas trop de l'approximation, et j'ai d'ailleurs coupé les pièces sans ajouter de marges de couture (contrairement à celles des tissus extérieurs)

Et voici le résultat, sur mon mannequin maison, taille elle aussi bientôt 4 ans...

1150859_10204789599448813_7766677983772366394_n

10628407_10204789606808997_236982837254549817_n

Bon par contre, j'ai bien cru saccager tout mon travail au moment de réaliser les boutonnières. Le pied presseur n'aime visiblement pas trop cette épaisseur de poil, et c'est toujours source d'un grand stress de se dire qu'on va peut-être flinguer notre réalisation si près du but. J'ai donc designé sous Embird des boutonnières avec le bord façon cordage, on va dire que j'ai ainsi limité la casse, même si ce n'est pas aussi net que je l'aurais voulu. Je ne sais pas si d'autres couturières d'Irrésistible passent pas là et si elles peuvent me donner leur retour d'expérience.

Vous reprendrez bien un autre martini

Ma petite robe rouge produisant son petit effet, l'envie était grande de récidiver avec ce modèle Martini de la Maison Victor. Je couds de plus en plus souvent pour moi, et il a fallu adapter mes habitudes et acheter de plus longs métrages de tissus pour ne pas risquer les couacs qui comme la fois précédente m'ont contrainte à raccourcir dangereusement la longueur de cette robe. Et en la matière, les coupons de Saint Pierre en 3 mètres sont idéaux ! J'ai choisi de la maille milano couleur violet foncé (après avoir sacagé mon coupon bleu canard). C'est une matière idéale, à la fois fluide et avec de la tenue. 

Mais qui dit maille dit surjeteuse, et là j'étais franchement tombée en désamour avec ma PFAFF hobylock 2.0. Je n'arrivais plus à rien en tirer, même après avoir tenté le changement de couteau. J'utilisais le point de surjet de ma machine, mais avouons le, quand on a goûté un jour à la surjeteuse, ce n'est pas tout à fait pareil. J'ai donc finalement craqué, comme toujours... et j'ai donc acheté une BROTHER 4234D qui m'a pleinement réconcilié avec le su(r)jet. Un travail propre, qui m'a même poussé à vouloir des finitions moins à l'arrache que d'habitude et à rebrancher ma Janome 1000 CPX et à utiliser du fil mousse (bon là je peux encore progresser niveau réglage, n'est ce pas...)

o-matic

Et voici donc ma nouvelle Martini.Un tantinet plus sage que sa grande soeur de par la couleur et surtout la longueur. 

IMG_20140726_144142

 

Le col asymétrique caché sur la photo précédente (je n'ai pas de photographe sous la main, on fait donc avec les moyens du bord)) et qui donne toujours toute l'originalité à ce modèle (même s'il faut se faire quelques noeuds au cerveau au moment de la découpe pour s'assurer qu'on a bien posé les pièces dans le bon sens, non, non, non, ça ne sent pas du tout le vécu). 

IMG_20140726_144501

 

Et pour finir une vue du dos (toujours avec les mêmes moyens du bord) qui dissimule un petit Lace It Up de chez Urban Threads (une robe qui aura décidément mis à contribution tous mes joujoux), histoire d'encanailler ce modèle très sage jusque là.  

IMG_20140726_144705

Breizh Kokeshi

Une photo un peu pourrie, je vous l'accorde, mais mon petit modèle n'était pas très concilliant et surtout convalescent. Entre les tournages de dos, les pauses avec les deux doigts dans la bouche qui masque le bidon, les pauses où le motif épouse les petits bourrelets, avoir une photo présentable n'a pas été chose facile. J'ai profité d'un étirement devant Bouba le petit ourson pour mitrailler. Vous pardonnerez le regard captivé de la demoiselle (heureusement que ce DVD ne sévit que chez mamie, ja sature) et la tong qui se balade. Mais l'objet de ce billet est en fait l'autre demoiselle, celle en flex. Encore et toujours du Xcutiner bidouillé à la sauce inkscape, pour lui ajouter une coiffe (qui m'aura donner bien des sueurs froides avant que je ne me résigne à changer la lame de ma Cameo). J'ai d'abord aposé une ogive en flock blanc pour former le fond de la coiffe de la petite bigouden, puis superposé le flex noir pour un effet bicolore, que j'aurais pu dû pour donner peut-être un peu plus de peps agrémenter aussi d'une petite langue rouge. 10489644_10204297830354893_9149512269092105170_n

Lotta dress

Ma fille du haut de ses 3 ans a déjà un fichu caractère qui ne passe pas inaperçu. De retour après deux semaines de congés, certains collègues, qui l'ont croisée quelques minutes à l'occasion d'une journée portes ouvertes au début du mois, n'ont pas manqué de me faire remarquer son côté un brin chefaillon (s'il en était encore besoin !)

Et sa garde-robe ne déroge pas à cette règle... Enfin garde-robe, garde-robe, c'est vite dit, car celle-ci n'est pas très pourvue en robes et autres jupes. Ma dernière confection pour la demoiselle n'a pas remporté un franc succès, je la cite "c'est pas pratique pour courir dans la cour". Il est certain que le look pantalons/baskets trouve davantage grâce à ses yeux. Pantalons que je retrouve parfois éventrés au niveau du fessier de la princesse parce que je la cite toujours "[elle] a sauté sur les fesses avec Edgard dans la cour" (hum, hum... une gueule d'ange cet Edgard pourtant)

Mais, mais, mais, après s'être très largement tapé l'incruste à mes côtés, voire venir sur mes genoux et me demander à être la préposée au désépinglage au fur et à mesure de la couture de ma Belladone (pratique, je vous jure ! mais la transmission n'est-elle pas à ce prix ?), voilà que la demoiselle est arrivée près de moi, et qu'elle m'a demandé... UNE ROBE !! Alléluiaaaa ! 

Ni une, ni deux, j'ai sauté sur cette occasion inespérée... Je suis allée lorgner du côté de Compagnie M pour y dénicher LE patron de la fameuse Lotta Dress, largement repérée ici ou  ou encore mais surtout, surtout là. Cette version "j'me rattrape aux branches" par manque de tissus était prémonitoire pour moi.

J'adore la manière dont sont proposés les patrons de Compagnie M ! Certes, il y a la planche au format A4 à imprimer, mais aussi la planche A0 au format PDF que j'ai pu importer dans inkscape, nettoyer des tailles que je ne voulais pas, et imprimer à ma sauce seulement les pièces dont j'avais besoin pour cette version avec manchon et patte de boutonnage.

Pour la réalisation, je me suis jetée sur un coupon acheté, il y a fort longtemps, que j'avais oublié, sans doute retrouvé en me demandant bien ce que j'allais en faire, ré-oublié, retrouvé et peut-être regretté cet achat avec un motif un brin trop audacieux, ré-oublié, etc... Alors ne m'en demandez pas la provenance... Ce motif si audacieux prenait tout à coup tout son sens. Une robe avec du peps pour une petite fille qui n'en manque pas ! 

Après comme je le disais plus haut, la mésaventure de Charlotte aurait dû attirer toute mon attention, et puis non... Alors arriva ce qui devait arriver, je suis moi aussi tombée en panne de laize. Exit donc les fronces. Je les ai remplacé par des plis creux moins gourmands.

Et voici donc ma princesse va-nu-pieds, qui se la pête grave dans sa robe. Va-nu-pieds car je dois vous concéder une chose : elle a immédiatement réenfilé ses baskets après ça... pour un cocktail vestimentaire des plus explosifs...

Cette grande fan de poches devant l'éternel n'a pas boudé son plaisir !

10428445_10204245685851313_3281971614006795736_n

10464288_10204245685771311_2690563598201051435_n

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Mon premier FBA

Envie de me gêter pour mon anniversaire, et comme on n'est jamais aussi bien servie que par soi-même, j'ai donc décidé de faire une halte à la boutique Okilebo en ce dernier jour d'école, et de me procurer le patron de la Belladone de Deer and Doe, cette jolie robe au dos aguichant. J'avais déjà ma petite idée dernière la tête : c'est l'avantage des déménagements, on retrouve des pépites oubliées dans le fond des cartons, et là en l'occurence, c'est un coupon de dentelle noire avec des motifs de papillons qui en a fait les frais. C'était décidé, j'allais agrémenter le dos de ma Belladone de dentelle !

Forte des conseils avisés de Valérie, je me devais de faire attention à la ceinture de ce modèle très cintré pour éviter toute déconvenue. J'ai donc commencé tout naturellement par le haut de la robe, et là première intérrogation : comment ce modèle taille-t-il au niveau de la poitrine. Un rapide survol sur la toile (à defaut d'en faire une de toile) m'a permis de confirmer que le tombé en fait pour les bonnets C ou D. Je crains alors que ça ne soit un peu juste. Mais comme la vie est bien faite et que je m'ennuyais un peu ces derniers jours au travail, j'avais découvert au hasard de mes pérégrinations sur la blogosphère, un exemple de "Full Bust Adjustment" que je me suis empressée de rechercher et de retrouver ici. Et je suis donc partie dans les grands travaux, en n'oubliant pas de creuser un peu le décolleté avant.

Et le jeu en vallait la chandelle, même si à la base, j'avais choisi une maille milano des coupons de Saint Pierre, dont l'élasticité aurait pu compenser, au final, je me retrouve avec une robe très confortable, même à la ceinture.

10389706_10204230295586566_7890952895098621731_n

10452374_10204230300066678_3058054212210158539_n

Un sac couleur argenté pour une AVS en or.

Et une besace made in China, une ! Une de plus dans la blogosphère ! Enfin c'est avant tout "une besace made in mon nouveau chez moi". J'ai troqué avec bonheur mon appart pour une maison plus grande. Mon atelier couture trone maintenant dans ma grande chambre, et mon dieu ! Quel espace ! Je revis ! Cette fin d'année scolaire est donc pas mal mouvementée avec de nombreux aller retour entre ma nouvelle adresse, l'école des filles et le boulot. C'est du sport, mais ce rythme effréné va bientôt prendre fin, sitôt les vacances arrivées. 

Toutefois, je me devais de marquer le coup pour cette fin d'année, et de saluer la merveilleux AVS de ma fille sans qui cette moyenne section n'aurait pas été la même. Une AVS en or, ferme et douce à la fois. Une grande part des progrès de Romane cette année lui revient. J'ai donc eu l'idée de lui confectionner une besace made in China. Simili argent, simili rouge, du passepoil maison en simili noir, un tissu Worholesque dont la référence et l'origine m'échappent, mais qui se marie très bien à l'ensemble, et le tour est joué.

IMG_1106

IMG_1105

Pour le côté pratique, l'intérieur du sac est agrémenté d'une pochette zippée.

IMG_1107

Et là où la personnalisation prend tout son sens, c'est sur le rabat intérieur du sac. J'ai aidé Romane à écrire le mot merci. J'ai ensuite scanné le motif, je l'ai nettoyé sous Inkscape et centré sur la pièce du patron en PDF puis j'ai imprimé le tout sur du cottonjet. Comme la pièce est un chouia plus grande qu'un A4, j'ai complété par une bande qui rappelle le motif du rabat extérieur. Et voilà ! J'espère que cette surprise en sera une bonne... 

IMG_1108

L'abus de Martini est dangereux pour la santé...

Une fois n'est pas couture coutume, j'ai décidé de coudre pour moi... La robe Martini qui flatte toutes les silhouettes, voilà un propos alléchant et fait pour moi. Me voici donc partie, toute enivrée (et pas de Martini, quoique...) dans la découpe de mon patron. Taille 46, avec un léger doute, à croire que la pourtant très instructive piqure de rappel d'Ivanne Soufflet n'ait pas été suffisante (hum, hum...). A mon (trop large) corps défendant, j'ai opté pour la taille supérieure car je suis un peu perdue ces derniers temps avec mes mensurations. Toute enivrée, je disais donc... Un peu à l'étroit aussi sur ma table de découpe à repasser qui est davantage indiquée pour les pièces tailles enfants... Hier soir, je découpe les trois pièces du dos, je les assemble et je décide d'y apporter une coquerie à savoir le motif Dark Heart de Urban Thread, que je réalise en cutwork. Puis dodo...

moi3Cette photo a demandé des trésors d'ingéniosité pour réussir à me photographier de dos.
Voyez plutôt : de dos à ma psyché, avec l'appareil photo de la main droite, et de la main
gauche, un poudrier tendu pour voir le cadrage sur l'écran de mon APN...

Ce matin, je me remets à l'ouvrage, je coupe donc les deux pièces latérales de devant, puis une des pièces du devant. J'assemble, je surjette, et je surpique. Vient enfin la dernière pièce, que je parviens tant bien que mal à placer dans les restes de mon coupon de 2 mètres (je rogne en me disant que de toute façon j'allais faire une version écourtée de la robe), j'assemble, je surjette, et je surpique. Vient alors le moment de la couture du milieu devant, et là catastrophe !! Je me refait le film !! J'ai surment positionné mon verso de papier calque sur le tissu, ma pièce est à l'envers, et plus de recours, plus de tissu. Aïe !!! Et du coup, j'ai deux emmanchures gauche (ou droite). Heureusement, ce tissu, ne souffre pas trop d'une trop grande différence endroit/envers, hop, je retourne... Mais du coup ma ligne surjettée se retrouve sur l'endroit. Re-aïe !!! J'ai alors l'idée d'ajouter un ruban cousu par dessous pour masquer tout ça... Cette robe Martini, est un hommage à PEF des Robins des Bois : "c'est exactement ce que je voulais faire !!"

Et voilà au final, ce que ça donne... J'ai bien fait je pense de partir sur une taille 46. 

moi1

J'aime beaucoup ce col asymétrique, qui a déclenché mon coup de coeur pour ce modèle...

moi2

Hors saison

Ces derniers jours ont des faux airs de printemps... Allez comprendre pourquoi dès lors j'ai été soudainement prise d'une lubie tricoteuse ? Sans doute faut-il y voir une cause à effet de : 1 - mon dernier achat "drôles de bonnets" dont la couv m'a amusée et fait craquer, 2 - la réception de ma commande de laine Berroco consécutive au point 1. 

 

 

Bref, voilà comment à l'heure où certains profitent du soleil, je me retrouve à tricoter un bonnet... Cherchez l'erreur ! Mais quel bonheur de retrouver ces deux poulettes après une loooongue semaine d'absence et de voir leurs sourires à la découverte de ce bonnet décidément trop rigolo... Et je ne pense pas me tromper en disant ça. "Tromper" humour...

romane

lorene2

lorene

Tracteur for ever

Je ne couds pas très souvent pour des garçons, mais en découvrant la chemise Goeland de « Gasparine », j'ai eu comme une révélation, cette chemise se devait d'intégrer ma to-do-list, et l'un de mes neveux en sera le destinataire. L'un d'eux allait fêter ses 2 ans, c'était donc tout vu. Ça faisait déjà quelques temps en plus que je cogitais à lui faire un petit quelque chose home made en rapport avec sa lubie pour les... tracteurs !! Ne riez pas, il a quasiment su dire tracteur avant maman !

Je commande donc le patron, samedi matin, je me lance dans mon projet (l'anniversaire étant fêté le soir même !), je décalque le patron dans sa taille la plus petite, je note bien toutes les indications et tout et tout... Je reporte soigneusement sur chaque pièce de calque "Gasparine" "Goeland" "#le numéro de la pièce" et "2 ans"... Jusqu'à ce que je me rende compte que la plus petite taille n'est pas 2 ans comme souvent, mais 4 ans ! Aïe ! Appelez-moi la Pierre Richard de la couture ces temps-ci ! Mon neveu est du genre lilliputien, je ne sais même pas s'il a atteint aujourd'hui les 10 kg à 2 ans ! Bon, ben c'est pas grave, il la portera plus longtemps... Reste qu'il va falloir qu'il reste fan de tracteur encore un petit moment pour arborer fièrement ce tracteur en flex (vecto maison) qui décore la poche.

C'est le nouveau flex de chez Happyflex, à décollage à chaud, impeccable ! Même sur ce velours côtelé qui donne un côté plus sur-chemise que véritable chemise !

1794578_10203329611070016_2137918478_n

Ce devait être une citadine...

Mon blog n'est pas très actif, un peu à mon image de ces derniers mois... Telle une boulimique, des achats compulsifs de tissus, patrons, motifs, des idées plein la tête, mais au moment de passer à la concrétisation c'est autre chose. Quoique j'ai réussi à produire quelques petites choses quand même... A commencer par cette Citadine de « Her Little World »... Si, si c'est bien une Citadine ou bien ce qu'il en reste... Enfin je dois avoir un peu perdu la main. Tailler un 4 ans, c'était un entre deux, peut-être irait elle à ma grande Romane, sinon, elle irait d'ici un an à ma petite Lorène. Sauf, sauf, sauf... que j'ai complètement oublié d'ajouter les marges de couture au patron, et que pour faire pro, je me suis lancée dans des coutures anglaises pour les pans la jupe qui ont un peu plus rogné dans la marge que je n'avais pas. C'est au moment du montage un tantinet ardu de la ceinture étant donné la petite largeur de ma pièce que je me suis rendue compte de ma bévue. Exit donc la ceinture à la Citadine, j'ai tout bordé de biais rouge à pois blanc. Résultat finalement très joli je trouve (si on ne connait pas l'historique) notamment grâce à cette jolie broderie « Urban Thread » de papillons qui contraste bien sur le jean. Au final, c'est une jupette un peu juste pour Lorène surtout qu'elle est dépourvue d'ouverture (la jupette, hein pas Lorène ;-) mais que je prends plaisir à la voir porter.

1925160_10203330728857960_1856497414_n

Des snoods pour tromper l'ennui...

Comme une envie de faire quelque chose de mes dix doigts, comme une evie de me faire plaisir et de gâter les plus frileuses de mes amies, j'ai donc fureté sur www.ravelry.com pour y dénicher un snood au point de toute beauté, j'ai nommé le snood Saioa de chez Froufrou et Capucine. Je l'ai donc réalisé en deux versions, la première avec de la laine Partner 6 de chez Phildar, dans le colori "Bruyère". Pour la seconde version, il s'agit de la laine Alaska de chez Katia, avec une petite variante, puisque j'ai intercalé une bande en jersey.

Ce point est très facile à réaliser, et du plus bel effet... J'ai en tête de tricoter d'autres snoods... Si seulement j'arrivais à remettre la main sur ma bible des "400 points de tricot" !

 o-matic2o-matic1

o-matic3o-matic4

 

 

 

Que de retard...

Je me rends compte que ce blog prend du retard, j'ai quelques cousettes à vous présenter, je pense notamment deux sacs à doudous, une Paris express faite à l'arrache la veille du jour de la photo de classe, une mutine réalisée quelques jours avant ce même jour de photo de classe... Bon, il va me falloir mitrailler tout ça à mon tour... En attendant, voici donc un, non, deux, ah ben non, un "Casual Monday" tiré du magazine Ottobre 2013/4.

A la base, j'avais donc réalisé une version en velours gris côtelé où les poches arrière avaient été soulignées d'un merveilleux biais en liberty Capel rouge, et où les poches avant avaient laissé la place à une étoile appliqué dans ce même liberty. En guise de bouton j'avais utilisé une pression KAM qui n'a malheureusement pas tenu le choc du premier jour d'étrennage à l'école, et j'ai donc récupéré le dit pantalon dans le cartable. Et au moment où j'ai voulu le réparer, j'ai alors eu la mauvaise surprise de découvrir qu'au niveau de la braguette le velours était bien mûr. La faute à qui ? A quoi ? Je n'en sais rien. Est-ce le fruit de l'étrennage ? Etait-il déjà bien mûr sous mon pied de biche mais je ne l'aurais pas remarqué ? Bref exit ce pantalon...

Ravie toutefois de sa coupe près du corps que je ne peux risquer sur la morphologie de ma grande, mais qui va à ravir à sa petite soeur, j'ai donc récidivé, cette fois dans de la gabardine grise et dans un liberty Mark. Cette fois j'ai opté pour une boutonnière et son bouton... que j'ai retrouvé cassé après une première journée... Bref, c'est la mouise... Je vais devoir le réparer...

l1

l2

l3

 

Aller je persiste et signe...

Aller je persiste et signe... un nouveau billet avec photos pourries inside (j'espère que le JEF inside me fera pardonner). A croire que je n'ai pas retenu la leçon magistrale chez Des bouts de nous en matière de présentation de plaid ?? Enfin bon, comme je l'écrivais dans mon précédent billet, il m'a fallu programmer une cousette de circonstance en cette rentrée, à savoir une couverture pour permettre à Romane de dormir tout son saoul à l'école, et ainsi jouir pleinement du passe-droit sieste dont elle bénéficie (la veinarde ! tiens faudrait que je discute avec ma chef à ce sujet là).

J'ai donc cherché à combiner sieste et pédagogie (si, si !), et ai donc opté pour la couverture brodée du prénom de la belle au bois dormant. Chaque lettre est appliquée de liberty Capel dans un carré noir, ces carrés ont ensuite été assemblé pour former la bande, elle-même bordée de biais Capel.

plaid-romane

IMG_0722-001

Les lettres sont tirées de la police gratuite Best Font Evar. Et en cadeau, je vous offre le fichier JEF de cet alphabet, digitalisé par mes soins. A noter que ce même fichier contient toutes les lettres, une fois en point simple, une fois en point bourdon, charge à vous de naviguer via l'écran tactile de votre brodeuse pour ne sélectionner que la lettre qui vous convient. Cliquez sur l'image ci-dessous pour télécharger le fichier

  alphabet_bestfontevar

Pour ou contre la semaine de 4 jours et demi ?

Au début de ce mois de septembre, je me lançais dans la confection d'une couverture pour la sieste de Lorène, et je précisais alors qu'il n'était plus question de sieste en moyenne section pour Romane. Erreur !! Le rythme est rude, la faute à la semaine de 4 jours et demi ? Je ne sais pas, mais en tout état de cause, la miss bénéficie d'une dérogation... Je vais donc devoir me lancer dans la réalisation d'une seconde couverture. Ceci fera l'objet d'un prochain billet. En attendant, j'ai profité de cette après-midi chaumée pour filer chez Ecolaines puis rentrer très vite coudre un petit coussin sur lequel elle pourra reposer sa tête durant les jours de temps calme à défaut de véritable sieste. Tout ça entre 13h et 16h l'heure des mamans... Juste le temps d'une petite photo, et l'oreiller passe déjà le week-end au chaud dans la casier de l'école... Il fait environ 25cm de côté, et il est agrémenté de bordures marron et turquoise, ainsi que de deux lignes de passepoil orangé le tout pour s'accorder aux petits pioupiou "urban zoologie" de Robert Kaufman. Enfin, il a été rembourré avec les restes du doudou louve.

IMG_0707

Sur ma lancée...

Bon, finalement, sur la lancée de mon bavoir précédent, j'ai décidé d'agrémenter un peu plus le paquet cadeau et de gâter encore davantage le petit Paul. Voici deux deux autres bavoirs, toujours dans la même éponge grise, mais là décorés de deux adorables pandas home-embirdés à partir de la police pandamonium. Sa maman pourra à loisir assortir bébé à son humeur du jour !

IMG_0704

IMG_0701

IMG_0699



Fin »